TomTom Rider, un GPS moto avec routes sinueuses

C'est pour remplacer le vieillissant Urban Rider que TomTom vient de lancer un nouveau GPS moto sobrement baptisé Rider. Ce nouveau modèle s'équipe d'un écran plus grand et propose désormais les mises...

Référence :
TomTom Rider, un GPS moto avec routes sinueuses
  • TomTom Rider, un GPS moto avec routes sinueuses
  • TomTom Rider, un GPS moto avec routes sinueuses
  • TomTom Rider, un GPS moto avec routes sinueuses
  • TomTom Rider, un GPS moto avec routes sinueuses
L'AVIS DE NOS CLIENTS
309.60 €-17%
258.00 €
  • Quantité:
    • FRAIS DE RETRAIT EN MAGASIN GRATUITS
     
    • DONT ECO TAXE : 0.06€ TTC
     5OFFERTS EN BONS
    D'ACHAT
    EN ACHETANT CET ARTICLE
    SI LE PRIX BAISSE : SOYEZ AVERTIS !

    FICHE TECHNIQUE

     

     C'est pour remplacer le vieillissant Urban Rider que TomTom vient de lancer un nouveau GPS moto sobrement baptisé Rider. Ce nouveau modèle s'équipe d'un écran plus grand et propose désormais les mises à jour de cartes à vie et un nouveau mode de calcul d'itinéraires pour emprunter les routes sinueuses.

    Equipement : robustesse et cartes à vie3/5


    Pas de révolution chez TomTom, le nouveau Rider ressemble beaucoup au précédent modèle, à la différence qu'il propose désormais un écran tactile résistif de 4,3 pouces (10,9 cm) de diagonale, contre 3,5 pouces (8,9 cm) auparavant. On y gagne évidemment en confort d'utilisation et en lisibilité. La luminosité maximale est correcte mais peut s'avérer un peu juste en plein soleil.

    Le Rider est également assez encombrant, il n'est pas évident de le transporter dans une poche. Afin de ne pas avoir à le retirer lors des pauses sur le trajet, TomTom le vend également avec des accessoires antivol, en option dans un kit spécial.

    TomTom Rider 2013 Installation Moto 03 700px


    Le Rider est fourni avec un kit de fixation qui s'accroche sur le guidon de la moto et s'articule avec un système de pince sur rotule. La mise en place est simple et le GPS tient bien en place. En revanche, le système d'accroche de l'appareil à son support aurait pu être plus pratique, puisqu'il est difficile de le retirer avec une seule main. Un câble d'alimentation est également fourni et vient se brancher au connecteur accessoire de la moto ou sur la batterie si l'on possède l'adaptateur adéquat. Cela évite le risque de tomber en panne sur les longs trajets.

    TomTom Rider 2013 Installation Moto 01 350px
    Le TomTom Go 500 (à gauche) aux côtés du Go Live 1005.
     
    TomTom Rider 2013 Installation Moto 02 350px
    Moins de métal sur la face arrière du Go 500.


    Utilisation deux-roues oblige, l'appareil est bien entendu étanche — certification IPX7 — et nous avons pu l'utiliser sans problème sous la pluie.

    Le TomTom Rider n'intègre pas de lecteur microSD pour compléter la cartographie ou ajouter des éléments au GPS. En revanche, sa mémoire interne accueille une cartographie européenne (45 pays), mise à jour gratuitement, à vie. Cela assure d'avoir les dernières cartes et limite les risques de se tromper d'itinéraire, bien que certains changements structurels puissent demander plusieurs mois. Afin d'augmenter la rapidité des mises à jour de la signalisation, le service Map Share permet aux utilisateurs de GPS de la marque de reporter eux-mêmes les changements et d'en faire profiter la communauté TomTom. Pratique, mais encore faut-il que ces mêmes usagers prennent le temps de s'en occuper, ce qui n'est visiblement pas toujours le cas.

    Côté audio, TomTom fait l'impasse sur le haut-parleur intégré, ce qui peut se comprendre dans la mesure où l'on n'entendrait pas grand-chose à cause du casque, de la vitesse et du bruit du moteur. Heureusement, le Rider peut envoyer ses instructions vocales à un kit mains-libres via Bluetooth. Si le précédent modèle existait aussi en pack avec un kit Scala Rider, ce n'est pas le cas du nouveau Rider 2013, uniquement vendu seul. Il faudra donc acheter un accessoire de ce type (Scala Rider, Sena, Parrot, etc.) pour profiter du son du GPS. Nous avons pu l'essayer avec un Scala Rider de précédente génération (type Scala Rider FM ou Q2). L'appairage fonctionne bien et les instructions sont audibles. Le volume peut en revanche devenir insuffisant à haute vitesse, mais cela dépend surtout de l'insonorisation du casque et de la qualité du kit Bluetooth en lui-même, avec ses haut-parleurs — souvent de faible qualité — à glisser dans le casque.

    Ergonomie : du classique chez TomTom3/5


    L'interface du TomTom Rider 2013 reprend les codes du précédent modèle et n'adopte étrangement pas le nouveau design des GPS auto Start, Via et Go Live. Cela lui donne un petit air désuet qui déçoit quelque peu. Heureusement, les menus restent simples à utiliser et sont adaptés à une manipulation avec des gants. Le menu principal se compose ainsi de trois grandes icônes pour planifier un parcours normal ou sinueux et gérer les itinéraires. Des raccourcis directs permettent de couper le son du GPS, accéder aux options ou voir la carte.

    TomTom Rider 2013 Menu 01
     
    TomTom Rider 2013 Menu 04
    Le menu principal donne accès aux options de parcours. La photo de droite présente l'explication du type de parcours sinueux.


    S'il est possible de connecter un smartphone en Bluetooth, cela ne sert qu'à utiliser le mode mains-libres. Le Rider ne récupère pas la connexion Internet pour proposer des services connectés, ce qui est regrettable. La recherche d'adresses se contente donc de la base de données intégrée au GPS, il n'y a pas de recherche Google ou PagesJaunes, par exemple.

    La recherche "classique" est divisée en plusieurs étapes de saisie : ville, puis rue et numéro. Afin d'être utilisable avec des gants, le clavier tactile propose un mode de saisie similaire à ce que l'on trouvait sur les téléphones mobiles à touches physiques, pour la rédaction de SMS. Les lettres sont ainsi regroupées par 3 ou 4 sous un même bouton, de taille plus imposante. Par exemple, pour saisir la lettre "b", il faut appuyer deux fois sur le bouton "ABC" et trois fois pour accéder à la lettre "c" (voir démonstration dans la vidéo en fin de test). En revanche, la saisie souffre d'un manque de réactivité flagrant.

    TomTom Rider 2013 Menu 02
     
    TomTom Rider 2013 Menu 03
    Les réglages sont assez complets. Il est possible de connecter son téléphone portable en Bluetooth pour le mode mains-libres.


    La gestion d'itinéraire est au programme et permet donc de planifier des parcours avec plusieurs étapes, puis de les partager en ligne ou directement via Bluetooth. Il est possible de sélectionner des parcours sur son PC, pour les transférer sur le GPS.

    TomTom Rider 2013 Menu 05
    Il est possible de partager son itinéraire en Bluetooth.
     
    TomTom Rider 2013 Installation Moto 06
    Le menu rapide, accessible depuis l'interface de navigation.

     

    Guidage routier : l'info-trafic absente et un calcul de routes sinueuses discutable3/5


    S'il n'est pas des plus modernes, l'affichage en mode navigation se veut néanmoins complet, avec l'affichage de la vitesse réelle et la limitation en cours, la prochaine intersection avec un pictogramme et le temps de parcours avec heure estimée d'arrivée.

    La synthèse vocale est également de la partie si l'on écoute les instructions audio avec un kit Bluetooth, ce qui évite de regarder l'écran ; on y gagne en sécurité.

    Dommage que l'info-trafic ne soit pas de la partie, même si le fait de rouler à moto permet de se sortir plus facilement des ralentissements.

    Grosse nouveauté de ce modèle, le mode "calcul parcours sinueux" évite tous les grands axes et est censé nous faire passer par des petites routes plus sympathiques pour la balade. En pratique, on se rend compte toutefois que le GPS se contente d'éviter à tout prix les routes les plus droites, quitte à nous faire passer par des endroits finalement peu agréables. Les petites routes c'est bien, mais quand elles sont en bon état et agréables pour rouler. Mieux vaut s'appuyer sur les parcours proposés par d'autres motards qui connaissent les lieux et donc profiter des roadbookspartagés en ligne.

    À l'inverse, le Rider ne propose pas de choix entre plusieurs trajets pour un même calcul d'itinéraire. De même, nous attendons toujours une option d'itinéraire "facile", qui privilégie les grands axes, même si cela nous fait perdre cinq minutes par rapport à un trajet qui emprunte les petites routes. Une option qui serait sans doute agréable pour les grosses motos routières et aurait pu rendre le Rider plus polyvalent et utilisable en voiture... s'il avait eu un haut-parleur intégré, comme Garmin le propose justement sur son zumo 340LM.

    Illégales depuis le 4 janvier 2012, les alertes radars sont remplacées par des alertes de zones dangereuses, qui fonctionnent bien selon nos essais, malgré quelques oublis.

    Fonctions annexes : mains-libres Bluetooth3/5


    Le TomTom Rider ne propose aucun service connecté. En revanche, il n'oublie pas le mode mains-libres Bluetooth, qui permet donc de gérer des appels en conduisant. Si ce n'est pas franchement recommandé, surtout en moto, on apprécie toutefois ce système qui évite d'avoir à enlever le casque et les gants pour passer un appel, ce qui peut très bien se faire à l'arrêt.

    AVIS CLIENTS

     

    Soyez le premier à donner votre avis, cliquez ici